À propos

ANR EN-MIG. Enfants en décolonisation : migrations contraintes et construction individuelle (France, 1945-1980)

Le projet EN-MIG est un Programme de Recherche Collaboratif (PRC) financé par l’ANR sur son appel à projet générique 2021. Il se déroulera sur trois années (2022-2024) et implique une quinzaine de chercheur.e.s issus des trois UMR partenaires (TEMOS, ISP et IMAF) et d’autres institutions.

Il porte sur les migrations contraintes vers la France ou ses possessions d’enfants des différentes parties de l’empire colonial en décomposition. Il s’intéresse principalement aux enfants d’Indochine (enfants métis, enfants de troupe), d’Algérie (enfants de familles rapatriées d’Algérie) et de Madagascar (enfants métis et réunionnais), mais prête aussi une attention à des enfants et jeunes de territoires moins touchés (Afrique équatoriale française, Afrique occidentale française, territoires ayant connu une décolonisation sans indépendance). L’enfance est ici définie comme la catégorie d’âge entre la naissance et la majorité civile. Le projet EN-MIG prend en compte la très grande variabilité des espaces, des contextes et des modalités de ces migrations : des enfants sont déplacés en famille, avec leurs parents ou sans eux mais en adelphie, ou encore isolés et non accompagnés ; les déplacements sont organisés par la France ou par d’autres acteurs bénéficiant d’un soutien étatique ; des groupes d’enfants sont pris en charge par des organisations, dans des centres ad hoc ou préexistants ou isolément dans des familles d’accueil métropolitaine qui les accueillent temporairement ou les adoptent. Attentif aux voix des enfants et à leur capacité d’agir, ce projet étudie autant la contrainte dans la migration que la manière dont les enfants et adolescents naviguent entre contraintes et opportunités. L’hypothèse qui sous-tend ce travail est que la construction de l’identité des enfants déplacés résulte d’une articulation entre la relation au cadre et à l’environnement, la relation aux autres et les processus d’identification. Trois grands axes thématiques sont déployés.

Axe 1 – La dimension postcoloniale des déplacements d’enfants métis

Responsable : Y. Denéchère ; Équipe : V. Tisseau, B. Grailles, D. Gary-Tounkara, D. Foliard

Cet axe étudie une catégorie d’enfants particulièrement sujette à des déplacements imposés : les enfants métis nés de relations entre des pères français et des mères indigènes. Cet axe comporte trois volet :

  • L’identification des acteurs des déplacements d’enfants métis et leurs intentions
  • La dimension postcoloniale des rôles assignés aux enfants métis, c’est-à-dire non seulement la construction sociale des métissages et du déracinement, mais aussi la volonté de les intégrer en métropole en leur faisant jouer un rôle de trait d’union avec les colonies perdues
  • La résilience et la (re)construction subjective des enfants et des jeunes métis déplacés afin de déterminer selon quelles modalités ils/elles sont devenu-e-s des hommes et des femmes accommodé-es à la société française.

Axe 2 – La relation familiale à l’épreuve des mobilités contraintes de la décolonisation

Responsable : R. Branche ; Équipe : M. Baussant, P. Marcilloux, M. Jacquemin, D. Gary-Tounkara, A. Vinay

Cet axe se concentre sur les liens entre mobilités et relations familiales. Le déplacement obligé des enfants et adolescents affecte en effet aussi les liens avec leurs proches. En fonction des pays, les structures familiales ne sont pas les mêmes et on s’attachera à proposer une analyse attentive à ces variations alors même qu’elles n’ont pas toujours été prises en compte par les acteurs en charge des déplacements d’enfants. La confrontation entre une expérience de départ connue dans la prime enfance et une norme familiale dominante dans la société d’accueil éclaire les ajustements identitaires qui furent souvent nécessaires. Sur la question de la mobilité, plusieurs thématiques feront l’objet d’une attention :

  • La question des relations parents/enfants et le poids des autres relations internes aux familles : parents, tantes et oncles, cousins. Certaines relations peuvent faciliter ou, au contraire, compliquer les déplacements
  • La dimension du genre est aussi essentielle dans cette perspective
  • La relation entre frères et sœur, encore trop peu travaillée par les historiens du contemporain est une des données essentielles de l’expérience de ces déplacements historiques d’enfants

Une fois la mobilité effectuée, les différentes implications de cette expérience sur les relations familiales sont à explorer : les multiples séparations ont des effets sur les individus et sur les familles. Ces mobilités peuvent avoir un impact à long terme et sur plusieurs générations, ce qui peut être mesuré par le biais d’entretiens familiaux.

Enfin, les recompositions familiales et les retrouvailles entre membres restés au pays d’origine et membres ayant dû migrer vers la France feront l’objet d’un dernier développement.

Axe 3 – L’intégration des enfants déplacés : (re)composition des trajectoires au regard de l’âge, du genre

Responsable : V. Tisseau ; Équipe : P. Marcilloux, D. Niget, B. Taxil, M. Baussant, M. Jacquemin, D. Foliard

Cet axe a vocation à mettre en regard deux aspects, à savoir les politiques (voire biopolitiques) de l’intégration et les dimensions subjectives de l’insertion, qui peuvent être activées en réponse aux discours de l’intégration comme injonction politique et/ou sociale. Les enfants, souvent dans l’incompréhension des déplacements dont ils ont fait l’objet, ont fait l’objet d’interventions visant à façonner leur identité, au regard de critères de genre, d’âge et de race. Comment, sur le plan intime, ces enfants ont-ils pu se construire individuellement en tant que sujet, femme/homme, métis/personne non-blanche et migrant-e ? L’expérience du déracinement et de la violence n’a-t-elle été vécue que de manière passive ou douloureuse, ou a-t-elle fait l’objet d’une réinterprétation par les enfants afin de dédramatiser l’insupportable et transformer une identité sociale ? Dans quelle mesure ces enfants ont-ils fait preuve d’une capacité d’agir (fut-elle une « thin agency », Klocker, 2007). À l’âge adulte, quelle mémoire ces enfants gardent-ils de leur pays d’origine et quelles sont les modalités d’expression de ces mémoires parfois imaginaires ou fantasmées ? Qu’en est-il des descendants de ces enfants, parfois confrontés au silence ? Comment ces générations articulent-elles ces mémoires à l’impératif d’histoire qui seul ouvre la possibilité d’une reconnaissance d’ordre politique ?

Migrations contraintes et construction individuelle

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search