Des étudiant·es de l’Université d’Angers réagissent au visionnage d’un film et à la rencontre qui a suivi avec des Eurasien·nes

Dans la lignée de l’exposition Muséa (https://musea.univ-angers.fr/exhibits/show/—comme-les-rayons-diff–r–s/notice-de-pr–sentation) consacrée aux Eurasien·nes déplacées d’Indochine en France, un film documentaire intitulé Inconnu, présumé français de Philippe Rostan, a été présenté aux étudiant.es de licence 3 Histoire de l’Université d’Angers mercredi 6 décembre 2023, en présence de dix Eurasien.nes – et leurs familles et amis- ayant vécu l’expérience de la transplantation en France. Yves Denéchère, professeur d’histoire contemporaine, a commencé par présenter le contexte historique du sujet, et a notamment expliqué l’importance du contingent de 480 000 militaires français, essentiellement des hommes, venus en Indochine dans le contexte de la guerre. Cette présence entraîne des relations avec des femmes du pays et par conséquent les naissances de nombreux enfants métis. Ces derniers sont un enjeu important pour la France. Une partie d’entre eux est pris en charge dans le cadre d’une association fondée par William Bazé, lui-même eurasien : la Fédération des Œuvres de l’Enfance Française en Indochine (FOEFI) qui bénéficie du soutien de l’État. Dans le contexte colonial, l’enjeu est d’abord de faire de ces enfants des traits d’union entre la France et l’Indochine en les formant pour qu’ils deviennent de futurs cadres dans la colonie. Après la défaite française et dans le contexte de la décolonisation, l’objectif change. Environ 4500 enfants sont « rapatriés » en France de manière définitive, afin d’en faire de petits Français. Les garçons sont placés dans des centres laïcs ou religieux tandis que les filles rejoignent des établissements exclusivement religieux.  

L’enjeu de cette journée résidait dans la transmission et l’enseignement de cette histoire auprès des étudiants. Elle a aussi permis de montrer, l’une des méthodes utilisées par les historiens : la comparaison et le dialogue entre les récits individuels des témoins et l’écriture de l’histoire et d’autres types de récits comme le film. Enfin, les différents échanges avec les témoins qui ont vécu cette histoire ont mis en avant la manière dont sont perçus ces récits produits par les témoins.  

Après la diffusion du film, les Eurasien.nes présent.es ont pris la parole pour évoquer leurs expériences, leurs sentiments, leurs souvenirs et leurs réactions après le visionnage du film. Les interventions des ex-pupilles eurasiens pris en charge par la FOEFI ont porté sur les apports positifs ou négatifs de l’association pour leur intégration dans la société française. Les réactions dépendent beaucoup des trajectoires individuelles, heureuses ou malheureuses. Si la FOEFI a permis de donner une situation professionnelle à beaucoup d’Eurasien.nes, cela s’est fait aussi par un déracinement, une rupture avec les familles d’origines et  la séparation des adelphies. Un Eurasien a notamment souligné le manque d’affection parental dans son enfance et l’impact que cela a eu sur sa vie.  Il a notamment évoqué son incapacité (selon lui) a exprimé de l’affection auprès de son entourage, en particulier auprès de sa famille.

La différence de discours des intervenants a mis en lumière une discordance entre le vécu et la perception de chacun lors de leurs arrivées sur le sol français. Certains voyaient la prise en charge par la FOEFI comme la possibilité d’accéder à une vie plus sécure, d’autres comme un déracinement et une coupure vis-à-vis de leurs origines. Ces témoignages se révèlent précieux pour les historiens : ils permettent en effet d’apporter un contrepoint au point de vue de la FOEFI. Ce type de source doit être soumis à la même critique historique que les autres sources. En effet, les témoins peuvent avoir réinterprété leurs souvenirs des événements. Parfois chargés d’émotions, ces témoignages sont d’une grande richesse, particulièrement lorsqu’ils sont comparés et mis en série, ce qui permet d’avoir accès à une multitude de vécus et de points de vue. Pour les historiens, ces témoins Eurasiens jouent un rôle essentiel dans l’écriture de leur histoire. Leurs témoignages sont emplis de souvenirs divers, d’éléments de compréhension que les chercheur.es ne peuvent trouver ailleurs et surtout contiennent une part importante d’émotions qui viennent compléter les autres sources.  

En tant qu’étudiants, nous avons trouvé cette journée très intéressante. La projection du film suivie de l’échange avec les Eurasien.nes a été formatrice. En effet, le film n’aborde qu’une certaine version de l’histoire or tous les Eurasien.nes n’ont pas eu le même parcours et c’est ce qui a été mis en avant au cours de cet échange. Par ailleurs, ce dernier a aussi montré qu’un film de ce genre, comportant de nombreux témoignages, peut être considéré comme une “source”. Il doit être traité comme une autre source dans le cadre d’une étude historique, avec l’esprit critique qui caractérise la méthode des historien.nes. En effet, les témoignages ont été choisis, les choix scénaristiques et de réalisation ont également pu jouer un rôle dans l’histoire proposée au public. Les témoignages des Eurasiens nous ont donc permis d’affiner notre réflexion sur cette histoire et de mieux comprendre la complexité et la diversité des situations dans lesquelles ils se sont retrouvés étant enfants. Enfin, leur récit de vie et leur présence physique ont ajouté un voile d’émotion sur cette histoire et l’ont rendu plus « réelle » et concrète aux yeux des étudiant.es.   

Cette rencontre avec les Eurasiens a, en plus d’avoir mis en avant leurs parcours, montré aux étudiant.es une manière de faire de l’histoire en mobilisant des témoignages oraux. Ce fut une démonstration de la présence du passé dans notre présent, en nous confrontant à un groupe de personnes concernées par une expérience de migration singulière dans le contexte de la décolonisation.

Rachel Aubert-Barré, Théophile Fauchoux, Héloïse Fernandes de Miranda, Simon Geslot, Timothé Patoizeau – Étudiant·es de Master 1 « Pratiques de la recherche historique », Université d’Angers.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Zoé Grumberg (15 décembre 2023). Des étudiant·es de l’Université d’Angers réagissent au visionnage d’un film et à la rencontre qui a suivi avec des Eurasien·nes. Enfants en décolonisation (France 1945-1980). Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vlxy


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.